Wonder, de R. J. Palacio – Une petite merveille d’histoire

IMG_5536C’est une jolie couverture bleue turquoise qui m’a attirée au départ vers Wonder, mais c’est bien le quatrième de couverture qui m’a finalement poussée à ouvrir le livre et à me plonger dans l’histoire.

Né avec une malformation faciale, August, dix ans, n’est jamais allé à l’école. Aujourd’hui pour la première fois, ses parents l’envoient au collège… Pourra-t-il convaincre les élèves qu’il est comme eux ?

Une fois commencée, l’histoire vous captive et vous enivre au point que vous ne pouvez que dévorer ce livre d’une seule bouchée – je l’ai personnellement englouti lors d’un trajet Bordeaux-Nulle-part sans aucune difficulté et sans baisse d’enthousiasme.

L’écriture est simple et sans fioriture et pourtant elle réussit parfaitement à retranscrire les pensées d’un petit garçon de 10 ans ordinaire en tout sauf en apparence. En effet, la majorité du livre est racontée du point de vue d’Auggie : nous sommes dans ses pensées, dans ses baskets et vivons avec lui les peines et les joies du quotidien. On ne peut donc que s’attacher au personnage qui malgré les obstacles qu’il rencontre sait garder la tête haute et un sens de l’humour que bien des gens n’ont pas.

Mais R.J. ne se limite pas à un point de vue. Si une majorité de l’histoire est du point de vue du héros, certains chapitres nous fournissent les visions de la sœur, et des amis du petit August. Ce sont ces chapitres qui permettent à l’histoire de prendre toute sa profondeur : ils nous montrent que le simplisme n’est pas de rigueur ici.
Chacun des personnages ayant leur mot à dire est un proche d’August et chacun d’entre eux est impacté d’une façon ou d’une autre par la malformation d’August, un impact que ce dernier – et le lecteur avec lui – ne réalise souvent pas et qui pourtant existe bel et bien.

Wonder est un plaidoyer en faveur de la tolérance, contre le harcèlement scolaire et pour le droit à la différence. Avec un tel sujet il aurait été facile de tomber dans le pathos et le larmoyant. Or, bonne nouvelle pour tous, rien de tout cela ici. L’émotion est présente mais rien n’est forcé, rien n’est trop lourd. La légèreté grave du roman est ce qui fait tout son charme.

Un roman qui vous fera réfléchir certes, mais aussi rire, sourire, pleurer mais avant tout qui vous divertira.

Publicités

Une réponse à “Wonder, de R. J. Palacio – Une petite merveille d’histoire

  1. Pingback: Premiers achats de février 2013 | Le Clos du Lecteur·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s