Belle du Seigneur – Ou comment massacrer un chef d’œuvre

belle-du-seigneuroBelle du Seigneur est l’un des plus grands romans écrit en français – et l’un des plus denses et des plus longs également. J’ai lu le livre d’Albert Cohen il y a une petite éternité mais il m’a laissé un souvenir fort et agréable. Et comme tous les chefs d’œuvre littéraires, il ne pouvait échapper à l’inévitable – et pourtant souvent dispensable – adaptation cinématographique. Ici c’est l’illustre inconnu Glenio Bonder qui s’y colle.

Nous sommes à l’aube de la Seconde Guerre Mondiale, à Genève. Ariane est mariée à Adrien, un homme qu’elle n’aime plus. Lors d’une soirée, elle attire l’attention de Solal, le supérieur d’Adrien à la Société des Nations. Celui-ci décide alors de la séduire – la séduit en deux minutes. Ils passent le reste du film à se crier dessus et à faire des parties de jambes en l’air. Ai-je dit qu’ils crient aussi beaucoup ?

large_645106Bref, vous l’avez compris, je n’ai pas aimé le film. Il faut dire que ce film, qui n’est resté qu’une petite semaine à l’affiche lyonnaise est véritablement mauvais. Déjà le scénario est une caricature du livre. Tout est simplifié à l’extrême. La partie « séduction de Ariane par Solal » est simplement risible. C’est tellement ridicule qu’on a presque envie d’en pleurer. Et puis plus tard on comprend pourquoi cette partie est si accélérée. Le film se concentre uniquement sur les crises hystériques de Solal et sur le couple qui fait des galipettes. En fait si l’on en croit le film, leur relation n’est qu’une suite de cris et de sexe. Le film est une succession de hurlements creux et de paires de fesses.

mOutre la bêtise et la vacuité intersidérale du scénario qui ont réussi à réduire à néant la complexité du roman, Belle du Seigneur version film souffre de la bien piètre performance de ses «acteurs». Jonathan Rhys-Meyer n’est pas d’ordinaire mauvais mais ici il est définitivement énervant et sans aucun charisme. Mais le pire du summum de l’horreur, c’est la pauvre mannequin Natalia Vodianova. Elle est très jolie, a un corps sublime et des robes de rêve. Malheureusement elle a le talent d’actrice d’un rocher. Elle n’arrive à faire transparaître aucune émotion. Elle est belle, c’est tout. Le reste du casting est également invisible, même Marianne Faithfull qui avait été si géniale dans Irina Palm.

Belle-du-SeigneurAu final, le film n’est qu’une succession de jolies tenues et de néant. On comprend alors pourquoi il est si peu resté à l’affiche. Et on ne peut que déplorer que ce Belle du Seigneur soit le résultat d’une vie entière de travail et de recherche.

Sans titre

Publicités

Une réponse à “Belle du Seigneur – Ou comment massacrer un chef d’œuvre

  1. Pingback: My Movie Project – Un film d’une bétise à vomir | Boires et Déboires d'un Zéro Masqué·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s