Paris à tout prix – Pris dans une tornade de clichés

21014907_20130624165601286.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

© Gaumont Distribution

Ce mois-ci j’enchaine les films français, les chouettes comme les moins chouettes. Alors pourquoi ne pas ajouter Paris à tout prix à cette longue liste? Une comédie dont l’héroïne travaille dans la mode, ça m’a fait penser au Diable s’habille en Prada et donc je me suis dit que tout allait bien se passer.

Maya travaille dans la mode à Paris. Son quotidien oscille entre soirées VIP, bavardages et commérages hypocrites avec ses collègues, achats de vêtements pour sa garde-robe et superficialité à tout va. Bref, Maya est détestable. Il se trouve aussi que Maya est de nationalité marocaine, bien qu’elle vive à Paris depuis 20 ans. A cause d’une conduite en état d’ivresse, elle se fait arrêter par la police qui se rend compte que son visa n’est plus en règle. Là voilà dans un avion pour le Maroc, vers un pays et une famille qu’elle a tout fait pour oublier. Là Maya va bien entendu se découvrir et va bien entendu devenir gentille.

© Gaumont Distribution

© Gaumont Distribution

Paris à tout prix est un film exaspérant. C’est surtout à cause de son scénario. Chaque cliché existant sur terre trouve son moment de gloire dans le film. Les filles qui travaillent dans la mode sont des grandes gigues prétentieuses, méchantes, anorexiques, superficielles et dont les seules préoccupations sont les soirées, leurs vêtements et l’apparence physique des gens qui les entourent. Trop, c’est trop, et du coup c’est l’overdose. Mais le scénario ne s’arrête pas là. Le Maroc en prend également pour son grade. Et le summum du cliché ridicule est atteint avec le pitoyable personnage de Firmin.

20529845.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

© Gaumont Distribution

Comme si cela n’était pas assez, le scénario est prévisible à en pleurer. Que ce soit la transformation finale, la stagiaire traitre, l’apparition de « Medhi le Prince Charmant », le spectateur voit tout arriver à des kilomètres. La subtilité ? A priori, ça doit être un gros mot pour le scénario.

© Gaumont Distribution

© Gaumont Distribution

Niveau casting, on peut difficilement juger, puisqu’aucun personnage ne dépasse le niveau de caricature simpliste. Après j’ai trouvé Cécile Cassel, toujours aussi belle, un peu au dessus du lot – il faut dire que son personnage est un peu moins pire que les autres. Et puis Salim Kechiouche est assez mignon.

Reem Kherici est très jolie. Mais plus jamais je ne vais voir un de ses films – Paris à tout pris m’a suffit. Merci bien.

Sans titre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s