L’exposition Jacques Demy à la Cinémathèque française – Demy réussite

Armée de mes tickets-jeunes et remplie d’une volonté féroce, causée par le pari avec moi-même que je ferais la totalité des expos mentionnées dans ces précieux billets, je me suis rendue en ce dimanche ensoleillé à la Cinémathèque Française pour le dernier jour de l’exposition sur Jacques Demy.

Il me faut vous dire en guise de préambule que je ne compte point parmi les aficionados invétérés du réalisateur français. J’ai adoré Peau d’Âne, je suis beaucoup moins enthousiaste devant les Parapluies de Cherbourg. Et puis surtout, je ne connais pas grand-chose de la vie du cinéaste ou de ses films moins connus. Voilà mon état d’esprit en entrant dans l’exposition.

© Sipa

© Sipa

Dès les premiers pas, nous rentrons dans l’univers de Jacques Demy grâce à un long couloir sur le mur duquel nous pouvons voir des photographies en pied et grandeurs nature de ses personnages les plus célèbres comme la fée des Lilas. Le ton est posé : grâce à l’expo, vous saurez tout sur Jacques Demy et ses films.

© Élodie Drouard / FranceTV Info

© Élodie Drouard / FranceTV Info

L’exposition se déroule par ordre chronologique. Tout commence par l’enfance du petit Jacques et son envie de cinéma. Dans cette partie, il y a beaucoup d’informations qui sont à la fois intéressantes et trop précises pour le non-fan comme moi. Certes, il peut être utile de connaitre le passé du cinéaste pour mieux comprendre ses œuvres mais j’ai trouvé ça un peu longuet et je dois dire que j’ai rapidement regardé cette partie de l’exposition.

© Élodie Drouard / FranceTV Info

© Élodie Drouard / FranceTV Info

Après les choses intéressantes commencent. Pour chacun des films, l’exposition nous propose des photos de tournage en très grand nombre (sûrement une autre des parties un peu longuette de l’exposition), des extraits de films (idéal pour ceux qui veulent vraiment se remémorer les plus beaux passages), des morceaux de scénarios originaux, des notes prises par le cinéaste, des interviews des acteurs datant de l’époque des tournages, mais surtout des morceaux de décors et des costumes des films.

© Élodie Drouard / FranceTV Info

© Élodie Drouard / FranceTV Info

Ainsi nous pouvons admirer les papiers peints des Demoiselles de Rochefort, la guêpière de Lola, mais surtout, le clou de l’exposition, la salle qui vous donnera des étoiles dans les yeux, les robes de Peau d’Âne. J’ai bien dû passer une dizaine de minutes bouche bée à les regarder. Elles sont sublimes.

J’ai également beaucoup aimé les panneaux expliquant l’évolution du cinéaste à travers ses films. Comment l’Amérique l’a transformé, lui a permis de s’affirmer et de créer son chef d’œuvre Peau d’Âne, comment tous ses films reprennent un mélange de fantastique et de réel pour mieux parler au spectateur etc.

© Élodie Drouard / FranceTV Info

© Élodie Drouard / FranceTV Info

Bref, si l’expo n’est pas parfaite, elle permet néanmoins aux néophytes de découvrir l’univers de Jacques Demy au travers de véritables pièces de collection – les robes de Peau d’Âne c’est le rêve de toutes les petites filles. Cependant, si je ne regrette pas d’avoir payé 5€ grâce à mon Pass Jeune pour voir l’expo, je ne sais pas si j’aurais payé le double pour la même chose !

L’exposition Jacques Demy est maintenant terminée donc ma chronique arrive un peu tard, mais promis, les autres arriveront à temps pour que vous puissiez les voir !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s