L’Exposition «Nouvelles Vagues» au Palais de Tokyo – Un peu du grand n’importe quoi

IMG_6694Encore une nouvelle aventure pour le Zéro Masqué grâce aux Pass Jeunes de la ville de Paris. Je n’ai jamais mis les pieds au Palais de Tokyo – je ne savais donc pas du tout à quoi m’attendre en me rendant à l’exposition du moment « Nouvelles Vagues ». Après étude des affiches vantant celle-ci, j’ai naïvement pensé que le thème serait celui de la piscine ou celui de l’eau. Je vous le dis franco, je ne pouvais avoir plus tort.

IMG_6716En fait, selon moi, « Nouvelles Vagues » est un grand n’importe quoi, avec des choses aussi diverses que variées qui se suivent et ne se ressemblent pas. Certes, l’exposition a un « thème », une raison d’être qui justifie cet amoncellement d’œuvres aussi différentes : mettre en lumière le rôle du curateur. Le problème, en tant que novice des expositions, je ne sais pas vraiment ce qu’est un curateur et surtout, je ne connais absolument pas les grands noms du milieu. Vous me diriez, c’est l’occasion d’apprendre. C’est vrai, je ne le nie pas, mais dans cette (trop) grande expo, le visiteur se perd, décroche et finit par perdre pied. Ce fut mon cas.

IMG_6702La première salle, d’un minimalisme déroutant, abrite des œuvres sans aucune connexion apparente.  Il est également quasiment impossible de s’aider des sommaires indications qui sont affichées sur les murs. Beaucoup trop techniques pour la plupart, elles sont en général très sibyllines et peu adéquatement placées. Ainsi il faut réfléchir un moment pour savoir à quelle œuvre se rapporte quelle notice. C’est assez fatiguant et assez fastidieux.

IMG_6703La deuxième salle est déjà bien plus intéressante. The Black Room, c’est son nom, plonge le spectateur dans la pénombre et retrace la rencontre après des années de deux amants depuis longtemps séparés. Cette salle a une cohérence, un sujet et son seul défaut serait de compter bien trop de vidéos, qu’il faut être honnête, il est difficile de regarder pour peu qu’il y ait de l’affluence.

IMG_6723Il y a 23 salles qui ainsi s’enchainent et ne se ressemblent pas. Si certaines, comme celle appelée Champs-Élysées, ont un vrai sujet, un vrai thème et m’ont séduite à 100%, d’autres sont plus éparses et remplies de choses trop abstraites pour mon goût. Trois étages d’exposition où se mêlent le pire comme le meilleur.

IMG_6731Au final, j’ai trouvé l’exposition assez ennuyante et surtout bien trop longue. Je crois que certaines œuvres étaient beaucoup trop conceptuelles et contemporaines pour mon petit cerveau. Alors la prochaine fois, je passerai – même si j’apprécie l’architecture brute type hangar de l’intérieur du Palais de Tokyo.

Publicités

Une réponse à “L’Exposition «Nouvelles Vagues» au Palais de Tokyo – Un peu du grand n’importe quoi

  1. Pingback: L’exposition l’Etat du Ciel au Palais de Tokyo – Fantastique, beau, créativité | Boires et Déboires d'un Zéro Masqué·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s