Landes – Publicité pour la région

21010350_20130704111259174.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

© Sesame Films

Les critiques présentaient Landes comme un film similaire à Thérèse Desqueyroux, film sorti il y a quelques mois. Comme je n’ai pas vu ce dernier, je me suis dit que je tenais là l’occasion de me racheter.

Dans les années 20, dans la campagne Landaise, Liéna vient de perdre son mari, un riche propriétaire terrien. Liéna hérite donc de ses forêts et de ses métairies ainsi que des problèmes liés à la production de la résine de pins – à savoir la grève des ouvriers qui réclament des conditions de travail plus humaines. Si Liéna refuse tout net de céder aux demandes de ses employés, elle veut néanmoins leur faire cadeau de l’électricité, son rêve et celui de son mari. Mais son projet est loin de faire l’unanimité aussi bien auprès des syndicats que des autres propriétaires terriens. Liéna se bat donc, s’obstine et finit par ouvrir les yeux sur le monde qui l’entoure.

21017519_20130704111527407.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

© Sesame Films

François-Xavier Vives réussit à peindre avec Landes, un joli portrait de femme. Liéna n’est pas parfaite, loin de là, mais elle apprend de ses erreurs et tente de faire ce qui lui semble bien – même si parfois elle se plante royalement. Elle refuse le rôle de veuve paisible qu’on veut lui donner et surtout n’accepte pas de se détourner de ses responsabilités. Néanmoins elle reste une privilégiée, un peu égoïste. Comme je vous l’ai dit, elle est loin d’être parfaite.

21017515_2013070411152611.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

© Sesame Films

Marie Gillain porte le film sur ses épaules et elle est simplement sublime. Subtile, bornée et fragile, elle donne une véritable âme à son personnage. A côté, Jalil Lespert fait un peu potiche. Il faut dire que son rôle n’est pas des plus développés. Miou-Miou quant à elle, hérite du rôle de la tête à claques – cette personne à laquelle vous avez envie de secouer les plumes jusqu’à ce qu’elle ouvre les yeux.

21017517_20130704111526516.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

© Sesame Films

Landes a un côté parfois très proche d’un roman de Zola. L’histoire a en effet un message social sous jacent et raconte le combat d’un individu face à une organisation, un peu comme dans Germinal. Mais comme dans certains des romans de Zola, l’ennui envahit le spectateur. Ce n’est pas que l’histoire n’est pas bien, c’est juste qu’elle manque de passion, de folie, de souffle. Et puis, l’histoire d’amour du milieu ne sert au final pas franchement à grand-chose et, si je n’ai rien contre l’Amour, ça m’énerve assez que tous les personnages féminins de films doivent avoir une histoire d’amour. C’est fatiguant à la fin.

L’histoire a également comme problème d’être assez simpliste. Il y a les bons et les méchants et si les nuances de gris existent, surtout du côté des ouvriers, elles sont très vite effacées et remplacées par des couleurs plus manichéennes.

21017516_20130704111526313.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

© Sesame Films

Heureusement les paysages sont magnifiques et si Landes est légèrement soporifique et sans peps, il a néanmoins le mérite de vous donner une envie dingue de gambader dans la dune du Pyla et à travers les forêts de pins.

Sans titre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s