L’Aube Rouge – La jeunesse est l’avenir de la guérilla

20207814_20130704120032408.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

© Metropolitan FilmExport

Les affiches de l’Aube Rouge ont fleuri partout à Paris il y a déjà fort longtemps – un bon mois quoi. J’étais étrangement intriguée par ce film – a priori c’est un remake d’un film des années 80 avec  Patrick Swayze ou Charlie Sheen mais ça je ne le savais pas – et c’est donc avec grand enthousiasme que je me suis assise dans mon petit siège de cinéma.

Une petite ville des États-Unis, tranquille et paisible. C’est là que vit la famille Eckert – le père est shérif, le fils ainé Jed est un marine de retour pour une courte permission et le cadet Matt est la star de son équipe de foot. Un matin ordinaire, des forces armées étrangères débarquent dans la ville et commencent à rassembler la population, tuant ceux qui tentent de s’opposer à eux. Jed, Matt et d’autres jeunes réussissent à s’enfuir dans la forêt. Dès lors, ils décident de rentrer en résistance et de combattre les envahisseurs afin de retrouver leur liberté.

© Metropolitan FilmExport

© Metropolitan FilmExport

Comme ce petit résumé le laisse supposer, le film est souvent dégoulinant de patriotisme. En même temps, on pouvait s’en douter : il s’agit après tout d’un film américain traitant de la résistance face à l’invasion ennemie et qui se place plus du côté des films d’action que des films intellectuels. Mais si l’on réussit à faire abstraction des drapeaux américains, l’histoire est tout à fait correcte. Rondement menée, elle est prenante et mène un rythme d’enfer. Les seuls moments de calme sont là pour mieux relancer l’action. Certes on n’est jamais surpris mais les scènes d’action sont sacrément jouïssives et du coup, on pardonne. Certains passages sont également très drôles et très bien trouvés – je suis littéralement tombée sous le charme du passage des personnages au Subway.

21009539_20130530145505747.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

© Metropolitan FilmExport

Ce qui est également intéressant dans le scénario, c’est les personnages. Bien sur, ce n’est pas très fin – on est dans un film bourrin quand même -, mais les idées sont là. La question de savoir comment chacun réagit face à des circonstances extrêmes et à des évènements violents que rien n’avait pu laisser présager. Chacun des personnages se bat pour une raison différente et ça pourrait être drôlement génial si le tout était plus développé et un peu plus subtil.

© Metropolitan FilmExport

© Metropolitan FilmExport

La subtilité manque également cruellement au jeu d’acteur. Chris Hemsworth est tout en muscles mais manque de talent et par conséquent son personnage devient assez fantoche. Josh Peck est bof. En fait, avec ses grands yeux écarquillés, on dirait qu’il se demande ce qu’il fait là. Josh Hutcherson est sans aucun doute le meilleur de la bande. Déjà parce qu’il n’a plus cette affreuse couleur blondasse qu’on lui avait imposé dans les Hunger Games. Ensuite car il réussit à créer un personnage touchant et intelligent – qui pâtit juste du changement de personnalité que lui impose le scénario à mi-chemin. Adrianne Palicki et Alyssa Diaz sont plus que des jolies filles – elles ont également des personnages forts qu’elles arrivent à réellement bien interpréter. Malheureusement le scénario ne leur permet pas de montrer vraiment plus que le minimum syndical. Cette ribambelle de jeunes est appuyée par Jeffrey Dean Morgan et Matt Gerald, qui comme toujours sont géniaux.

Au final, l’Aube Rouge n’est pas un grand film mais c’est franchement sympa à regarder pour se vider la tête et pour se demander ce que nous nous ferions dans un cas similaire.

Sans titre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s