Jeune & Jolie – Les saisons passent, l’ennui reste

21005923_2013051510325393.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

© Mars Distribution

Ce nouveau film de François Ozon a été présenté en grande pompe à Cannes dans le cadre de la sélection officielle 2013. Jeune et Jolie a fait couler beaucoup d’encre, surtout après une sortie de François Ozon qui déclarait que toutes les femmes avaient comme fantasme de se prostituer. Le sujet du film –la prostitution adolescente – a tellement obnubilé tout le monde, qu’il était impossible de savoir si le film était de qualité ou non.

Isabelle vient de fêter ses 17 ans lors de vacances avec sa famille – sa mère, son beau-père et son petit frère. Lors de ces vacances, elle perd aussi sa virginité avec un jeune allemand Felix, qu’elle repousse immédiatement après. De retour à Paris, elle se rend dans des hôtels luxueux où elle vend ses charmes à de vieux hommes en échange de coquettes sommes d’argent. Jusqu’au jour où sa double vie est mise à jour.

© Mars Distribution

© Mars Distribution

Jeune et Jolie est une grosse déception pour moi. Au niveau du sujet, je pense que tout a été dit et qu’il n’est pas nécessaire d’en rajouter. Si je trouve le film aussi peu intéressant, c’est à cause de ce personnage principal, complètement blasé, indifférent à tout ce qui l’entoure et dont le détachement fini par contaminer le spectateur. Si au tout début, on éprouve une certaine empathie avec Isabelle, on finit par vouloir s’éloigner le plus loin possible d’elle. Elle est tout bonnement insupportable – tout en minauderies et en mutisme. D’ailleurs, restons au niveau des personnages et parlons du frère d’Isabelle. Il est tout aussi étrange que sa sœur – et tout aussi peu intéressant.

© Mars Distribution

© Mars Distribution

Heureusement la mère est déjà beaucoup moins apathique et barbante. C’est un personnage complexe et bien construit qui relève un peu le niveau.

Ozon refuse de nous expliquer pourquoi Isabelle se prostitue. Même si beaucoup disent que la prostitution n’est qu’un sujet secondaire, au final, ne pas savoir le pourquoi du comment, est frustrant, énervant et donne un côté assez malsain à l’histoire. Et puis, si le sujet était la révolte adolescence n’y avait il pas un autre moyen de l’illustrer que le sexe monnayé ? Bref, l’histoire ne m’a pas du tout séduite.

Au niveau de la réalisation, rien d’exceptionnel à signaler. Elle est aussi ennuyeuse que les palpitantes aventures de cette nymphette de famille aisée.

Sans titre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s