La Nuit Blanche 2013 – De l’art et du fun

IMG_8404Tous les ans au mois d’octobre, la Mairie de Paris organise la Nuit Blanche, une nuit dédiée à l’art contemporain. De 19 heures à 7 heures du matin, certains quartiers de Paris sont animés par des concerts, des expositions, des performances mettant ainsi à disposition de tous des œuvres artistiques. Le programme des festivités est tellement large qu’il est impossible de tout faire – j’ai ainsi fait une petite sélection dont je vais vous parler aujourd’hui.

IMG_8273J’ai voulu commencer ma soirée par l’œuvre HelikopterStreichquartet de Karlheinz Stockhausen. Il faut dire qu’entendre un quatuor à cordes jouer d’un hélicoptère en vol, c’est le genre de chose que l’on ne voit pas tous les jours. Le principe est simple : 4 instruments, 4 hélicoptères et une rediffusion en direct. En théorie géniale, cette œuvre a été franchement décevante à mes yeux. Nous avons attendu une heure sur le pont, pour au final voir défiler 4 hélicoptères à la queue-le-leu sans entendre le moindre son de quatuor. Trop de vent ou pas assez de sonorisation, je ne sais pas. Mais ce fut un piètre début de soirée.

IMG_8280Ensuite, nous sommes allés à la Mairie du 4ème arrondissement pour regarder Memories of Tomorrow de Didier Faustino. Ce dernier réalise des sculptures en détournant des « vaubans » – vous savez, ces barrières de sécurité. C’est donc au milieu d’une des salles de la mairie que nous retrouvons l’une de ces sculptures. Mais il n’y a pas que cela : des CRS arrivent dans la salle, l’un d’entre eux rentre au milieu des barrières enlève son barda et se met à chanter « L’amour est enfant de bohème », pendant que les 3 autres martèlent certaines phrases de la chanson. Cette œuvre est pleine de sens et de poésie – et le CRS chantant avait une très jolie voix, ce qui ne gâche rien.

Ensuite, mon programme prévoyait le spectacle This Is How You Will Disappear de Gisèle Vienne au centre George Pompidou. Mais voilà, le spectacle était déjà complet quand nous sommes arrivés.

IMG_8326Prochaine étape : le fraichement rénové Carreau du Temple et la sculpture Ceinture de Huang Yong Ping. Après une longue file d’attente, nous rentrons dans le bâtiment et découvrons un vivarium en forme de tube tout en longueur dans lequel évoluent insectes et reptiles du monde entier. Sous nos yeux se trouvent serpents, mille-pattes, lézards, chenilles, sauterelles, araignées, et autres blattes. Bluffant et étonnant, surtout quand nous voyons sous nos yeux des serpents gober goulument les petits insectes.

IMG_8348Dans le parc mitoyen, nous découvrons Le Temps Renversé, une installation de néons et de photographies dans un arbre couplée à une performance de danse en ombre chinoise. Si l’installation ne m’a pas fait grande impression, ce n’est pas le cas des deux danseurs dont les ombres grandissent et évoluent au grè de leurs mouvements. Même sans musique, leur grâce est indéniable et le résultat fascinant.

IMG_8363Sur la place de la République, nous arrivons devant ce qui a été pour moi le meilleur moment de cette soirée. L’installation Fog Installation #07156RFOG SQUARE de l’artiste Fujiko Nakaya. Cette œuvre est visuellement magnifique : la place disparait totalement sous un épais brouillard qui bouge et varie au grè des bourrasques de vent, envahissant parfois les rues avoisinantes. Mais surtout, cette brume artificielle se vit – le spectateur est en effet invité à la traverser, à la ressentir et devient ainsi une part intégrale de l’œuvre. J’aurais pu passer la nuit à errer dans les méandres des gouttelettes d’eau.

IMG_8370Le canal Saint Martin était l’étape suivante. Sur ce dernier, nous admirons tout d’abord l’installation Le Pendule de Glace de Lily Hibberd.  Accroché sous un pont, une boule de glace se balance au bout d’une corde et fond en temps réel sous nos yeux. Cette évocation du changement climatique est pleine de poésie et de magie.

IMG_8374Sur les murs à proximité du Canal, on retrouve les Information Posters de Liam Gillick. Des affiches avec des slogans sibyllins, forts et envoutants qui rythment notre progression jusqu’à l’œuvre suivante.

IMG_8384Cette dernière s’intitule Fosse d’orchestre et consiste en un dispositif sonore placé sous l’eau qui fait vibrer la surface d’ordinaire placide des eaux du canal. L’installation sonore de Rosa Barba diffuse des basses lourdes et entêtantes qui donnent vie aux flots.

IMG_8396Après un très court passage par Thrillochromes de Michaeal Portnoy à la Gare de l’Est, c’est à la piscine Château Landon que nous nous sommes rendus. Au dessus des bassins, ouverts exceptionnellement aux nageurs toute la nuit, nous découvrons la gigantesque construction de rubans noirs de Ji Yun, Méduse, qui semble remuer au grès des jeux de lumière. Assez bluffant.

IMG_8407Continuant notre avancée vers le Nord, nous débouchons sur la série de sculptures À Genoux du Collectif MU. Pour une raison inconnue, je me suis mis dans la tête qu’il s’agissait de genoux géants, alors qu’en fait non. Au final une œuvre de très petite taille, mignonne mais noyée dans l’immensité du parc.

Notre objectif était ensuite d’aller profiter du terrain de jeu – composé de Jump House et d’autres blocs de mousse – The Model in Paris, imaginé par Palle Nielsen. Mais là, une file d’attente de plus de 1heure nous attend – il faut croire que nous ne sommes pas les seuls grands enfants de la capitale. Du coup, nous ne nous éternisons pas et poursuivons notre route.

IMG_8425Avant dernière étape de notre Nuit Blanche, La Salle de Patinage de la mairie du 11e mise en place par le plasticien Régis Perray. Un parquet sur-ciré, des patins de feutre, une grande salle débarrassée de ses meubles et voilà une patinoire magique créée pour des adultes déchainés qui se lancent dans des patinages artistiques souvent atypiques, parfois marrants. Mon deuxième coup de cœur de la soirée, sans aucune hésitation.

IMG_8453La soirée se clôture sur le spectacle pyrotechnique Aventure d’un Soir de Cai Guo-Qiang. Des couples situés sur un Bateau-mouche aménagé avec des tentes pour l’occasion, déclenchent des illuminations et des feux d’artifice en fonction de leurs sentiments. Les feux d’artifice sont tirés de petites embarcations qui tournent en rond autour de la péniche. Des éclats de couleur qui illuminent le ciel étoilé et qui permettent de conclure de manière parfaite une belle Nuit Blanche forte en découvertes.

Publicités

3 réponses à “La Nuit Blanche 2013 – De l’art et du fun

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s