Beaucoup de bruit pour rien – Pétillant comme une bulle de champagne

© Jour2fête

© Jour2fête

Les adaptations de Shakespeare au cinéma, ça n’est pas nouveau. La meilleure est sans aucun doute pour moi le génial Romeo+Juliet de Baz Luhrman, une adaptation moderne, baroque et kitsch de la pièce, qui met en avant l’atemporalité des mots écrits par l’auteur shakespearien. J’attendais donc avec impatience l’adaptation de la comédie Beaucoup de Bruit Pour Rien par Joss Whedon qui semblait appliquer une recette similaire.

Léonato est le gouverneur de Messine, l’heureux père de la belle Héro et l’oncle aimant de Béatrice. Il accueille dans sa maison Don Pedro qui revient de guerre avec ses fidèles amis Bénédict et Claudio. Don Pedro amène également prisonniers dans ses valises son ignoble frère Don Juan et ses acolytes Conrad et Boracho. Sous le toit de Léonato, c’est alors une guerre de l’amour qui commence.

© Bellwether Pictures

© Bellwether Pictures

Cette version de Beaucoup de Bruit pour Rien ne se prend pas au sérieux. C’est un petit film entre amis, où les acteurs donnent le sentiment de s’amuser autant que le spectateur. Ça pétille dans tous les sens, c’est léger comme une petite bulle de champagne et ça fonctionne à merveille.

© Bellwether Pictures

© Bellwether Pictures

Les tous premiers instants du film déjà fascinent et captivent l’attention. Déjà on sent le soin de la réalisation qui plus tard au cours du film saura utiliser avec bonheur la profondeur de champs, la plongée, la contre-plongée, et la mise en scène pour créer des situations comiques fines et burlesques. Le noir et blanc est très joli, soigné et pertinent puisqu’il permet de faire le lien entre la modernité de l’image et le passé des dialogues. Au final, on se croirait par moment dans un film de Capra ou de Lubitsch et on prend notre pied.

© Bellwether Pictures

© Bellwether Pictures

Les mots de Shakespeare résonnent de façon joyeuse et participent de beaucoup au charme de l’histoire et des personnages. Les vers sont déclamés de manière naturelle par des acteurs qui les maitrisent complètement et leur donnent un nouveau souffle, moderne et aérien.  Reed Diamond est un Don Pedro excellent, Amy Aker et Alexis Denisof forment un couple chamailleur fantastique, Nathan Fillion fait un abruti drolatique très convaincant et Fran Kranz un jeune premier touchant dans sa comique naïveté.

Tout ceci fait que Beaucoup de Bruit Pour Rien est un film à voir, à revoir et à regarder à la moindre petite baisse de moral.

Sans titre

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s