American Bluff – Arnaque-moi si tu peux

© Tobis Film

© Tobis Film

Après 12 Years A Slave et Dallas Buyers Club, voilà le dernier des films qui ont fait un carton plein lors des nominations aux Oscars : le très controversé American Bluff. Le film de David O. Russel divise les spectateurs : si pour certains le film est un chef d’œuvre, pour d’autres c’est une pure arnaque.

L’arnaque, c’est justement le sujet du film. Irving Rosenfeld est un petit escroc  talentueux qui évolue brillamment dans cette Amérique des années 70. Accompagné de sa belle complice et amante, Sydney Prosser, il mène la belle vie. Jusqu’au jour où un agent du FBI, Richie DiMaso, les oblige à piéger un politique corrompu, Carmine Polito. A partir de là, rien ne va plus.

© Tobis Film

© Tobis Film

American Bluff est un film fort distrayant. Si l’histoire de ces arnaqueurs géniaux ne risque pas de bouleverser votre quotidien, elle vous fera sans aucun doute passer un excellent moment. Le récit commence par le milieu, une figure de style qui n’apporte pas grand-chose, mais qui n’enlève rien au charme de l’histoire non plus. Ce qui est intéressant dans l’histoire, c’est cette façon qu’à le récit de sauter d’une voix-off à l’autre, donnant ainsi la parole à chacun des personnages principaux. Cela apporte un petit plus à ce récit d’arnaque classique.

© Tobis Film

© Tobis Film

Au milieu d’un tout très (trop) classique, qui sera facilement oublié, se nichent quelques scènes cultes. Parmi celles-ci, une scène d’une violence inouïe où Jennifer Lawrence se déchaine sur Live And Let Die montrant toute la folie incontrôlable de son personnage – et par la même occasion le talent fou de la jeune actrice.

© Tobis Film

Toutes ces scènes cultes tournent autour des acteurs. Christian Bale est méconnaissable, génial, et gigantesque – aussi bien par le talent que par le tour de taille. La scène d’ouverture du film suffit à elle seule à vous convaincre que sans le génial Christian, American Bluff ne serait pas aussi bien. Amy Adams est rayonnante et magnétique tout au long du film. Là où les autres acteurs sont dans le show, elle construit son personnage tout en douceur, nous suggérant le passé douloureux de son personnage et nous montrant son talent aux travers des rôles joués par son personnage. Jeremy Renner, qui se ramasse la pire perruque du casting, est si fascinant dans le rôle de ce politicien ambigu qu’on ne peut s’empêcher de l’apprécier et de se sentir désolé pour lui.

American Bluff est un film sympathique au casting de folie, auquel il manque un scénario un peu plus original et une réalisation moins absente pour être vraiment au top.

Sans titre

Publicités

3 réponses à “American Bluff – Arnaque-moi si tu peux

  1. Bonjour, je découvre à l’instant ton blog. J’en profite donc pour te laisser un petit commentaire sur ce film que j’ai vraiment beaucoup aimé. Mis à part quelques longueurs, le casting est exceptionnel et les personnages sont extrêmement bien écrits. Je me suis régalé !

    • Bienvenue ! J’espère que le blog te plait !
      American Bluff est effectivement un chouette film et les acteurs sont juste impressionnants ! 🙂

  2. Pingback: Joy – Le rêve américain | Boires et Déboires d'un Zéro Masqué·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s