L’Appel du Coucou de Robert Galbraith – Un whodunnit captivant

IMG_0357L’Appel du Coucou a fait grand bruit l’année dernière lors de sa sortie à cause du nom de son écrivain. C’est en effet un secret de polichinelle : derrière le nom de Robert Galbraith se cache J.K. Rowling, l’auteur de la célèbre série des Harry Potter. Armée de ma seule curiosité naturelle et des très bons échos qui ont retenti autour de ce roman policier, je me suis procurée ce (gros) roman.

Quand le célèbre mannequin Lula Landry est trouvée morte défenestrée, l’enquête conclut à un suicide. L’affaire est classée jusqu’au jour où le privé Cormoran Strike est engagé par John Briscow, le frère de la victime. Le détective qui traverse une mauvaise passe financière et personnelle se lance alors corps et âme dans cette enquête. Epaulé par sa jeune assistante Robyn, Cormoran va découvrir l’envers du décor de la vie de Lula, faite de trahisons et de mensonges.

L’Appel du Coucou est un bon whodunnit. L’exposition est un peu longue et il est vrai que l’enquête à proprement dit ne commence qu’après une petite centaine de pages. Si cette « introduction » nous permet de mieux comprendre le contexte et surtout de découvrir nos deux héros, Robyn et Cormoran, je l’ai trouvée un peu longue – que voulez vous, la patience n’est pas l’une de mes qualités premières.

N’allez pas croire pour autant que l’on s’ennuie : cette partie est seulement moins captivante que le reste du livre, c’est tout. L’auteur a en effet réussi à maintenir un certain suspens jusque dans le dernier chapitre. L’intrigue est extrêmement bien faite. A la moitié du roman, le héros nous annonce qu’il a une idée très claire du coupable. Or à ce moment, nous (ou en tout cas moi) en sommes encore à avoir une petite dizaine de suspects. Ce  « basculement » dans le récit ne fait qu’intensifier notre recherche du meurtrier.

Au-delà du simple roman policier, l’Appel du Coucou réussit à créer un duo d’enquêteurs à la dynamique intéressante. Même si par moment, leur histoire personnelle me tapait un peu sur les nerfs (enfin surtout celle de Robyn, qui boude souvent pour pas grand-chose), ils forment néanmoins une chouette équipe, simple et aux talents normaux – pas de super instincts ou de super équipements ici, une simple enquête faite de recoupements et de réflexion.

Au final ce roman est un bon policier, facile à lire malgré sa taille, avec une intrigue proche de celles des Hercule Poirot et des personnages décrits avec une multitude de détails qui rappelle le style de l’auteur dans Harry Potter.

Publicités

5 réponses à “L’Appel du Coucou de Robert Galbraith – Un whodunnit captivant

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s