The Walking Dead, saison 2 – Un petit coup de mou et ça repart

© AMC

© AMC

Après une saison 1 très réussie – avec juste un léger bémol sur la fin -, la saison 2 de The Walking Dead était attendue au tournant.

Nous retrouvons notre petite troupe à peine échappée du CDC, désormais sur la route en direction de Fort Beaning où ils espèrent trouver un refuge. Lorsqu’ils sont contraints de s’arrêter, ils découvrent par hasard une ferme habitée par Hershel et sa famille.

Cette saison 2 n’est pas foncièrement mauvaise mais pourtant elle ne peut pas être réellement qualifiée de franche réussite. Si le premier épisode est palpitant, la première moitié de la saison se traine en longueur sans que cela ne serve ni à installer les personnages, ni à poser l’ambiance. Concentrée sur les errances émotionnelles d’Andrea et les crises d’hystérie de Lori et de Carol, cette entrée en matière est très laborieuse et semble ne jamais devoir s’arrêter. Les personnages s’enferment dans un huis-clos qui ne fait que faire macérer les histoires déjà préexistantes et que faire tourner en rond l’intrigue. En ayant voulu faire une saison plus longue de 8 épisodes, les scénaristes semblent avoir trop dilué leur intrigue principale.

© AMC

© AMC

Mais heureusement, à un certain moment tout bascule et l’intérêt revient. Les personnages se sortent de ce marasme indolent et l’action reprend. A partir de là, on ne s’ennuie plus, au contraire. Les évènements s’enchainent sans jamais s’arrêter, de nouveaux enjeux apparaissent, d’autres trouvent une résolution. Bref, c’est ce qu’on aurait aimé avoir dès le début de la saison.

© AMC

© AMC

Les personnages, pour certains, évoluent de manière très positive. Dale gagne en envergure. Dans la première saison, il n’avait aucune profondeur, ici, il a le droit à une vraie place et devient l’un des personnages-clés de la saison. Grâce à ses citations, ses pensées sur l’humain et la civilisation, il instille un peu de réflexion dans un show qui sinon tournerait principalement au drame. Shane également devient de plus en plus complexe, plus torturé, plus fascinant également. C’est au travers de lui principalement que la saison semble avancer.

© AMC

© AMC

Dans cette deuxième saison de The Walking Dead, le gore m’a semblé bien plus présent que dans la première. Les moments de tension et de sursauts sont également plus nombreux – surtout dans la deuxième partie et définitivement dans le dernier épisode, véritable film d’angoisse à lui tout seul.

Au niveau de la réalisation, pas de grand bouleversement. On retrouve la mise en image de la première saison ainsi que les subtils signes annonciateurs de la suite des évènements qui sont glissés dans les images. Dans cette saison également, le système du retour en arrière est beaucoup utilisé – nous montrant ainsi ce qui arrive avant de nous expliquer comment cela est arrivé.

Au final, cette saison 2 de The Walking Dead est inégale mais reste néanmoins plaisante à regarder. Surtout elle nous donne une envie folle de savoir ce que la saison 3 nous réserve.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s