Pas son genre – Un duo d’acteurs magnifiques

479126.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

© Agat Films & Cie

Pas Son Genre a priori n’est pas le genre de film que je vais voir au cinéma, ou que je regarde en général. Mais sa bande-annonce m’avait intriguée et je voulais savoir ce qui pouvait bien se passer dans ce film et surtout comment l’histoire se terminait.

Clément est un jeune professeur de philosophie totalement parisien dans l’âme. Quand il est muté à Arras pour un an, c’est pour lui la fin du monde. Il s’y ennuie à mourir. Alors quand sa route croise celle de Jennifer, jolie coiffeuse souriante, il commence une relation avec elle. Mais entre Jennifer et Clément, les différences sont nombreuses. Trop peut-être.

307320.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxx

© Agat Films & Cie

Cette histoire d’amour entre deux êtres aussi différents que la lune et le soleil est émouvante. On se demande qui joue avec qui, qui est celui qui partira en premier, qui est celui qui au final fera du mal à l’autre – car on comprend très vite qu’il ne peut pas en être autrement. L’évolution de leur relation vouée à l’échec est dépeinte avec sensibilité et douceur.

© Agat Films & Cie

© Agat Films & Cie

Même si les personnages sont volontairement caricaturaux, ils arrivent néanmoins à rester profondément humains. Je pense que cela est principalement dû au talent de leurs interprètes. Emilie Dequenne est une véritable petite boule de bonheur. Au cours du film, elle nous fait sourire grâce à son optimisme et son rire plein de douceur. Grâce à elle, son personnage devient le véritable centre névralgique du film. Loic Corbery est également excellent. Il arrive à conduire son personnage de manière admirable et arrive parfaitement à nous faire comprendre en quelques expressions faciales que ce professeur ne sait pas réellement aimer.

Malheureusement il manque quelque chose au film de Lucas Belvaux. Peut être un peu plus de rythme par moment n’aurait pas fait de mal, peut être qu’un final un peu moins précipité aurait été une meilleure idée. Le fait est que là par moment on s’embourbe un peu et on a envie que Pas son Genre nous emmène dans un tourbillon qui n’arrive jamais vraiment.

Sans titre

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s