Les Poings contre les Murs – La violence du choc

© Wild Side Films / Le Pacte

© Wild Side Films / Le Pacte

La bande annonce de Les Poings contre les Murs fait penser à un mix entre Dog Pound, Un Prophète et Hunger – autant vous dire qu’elle donnait sacrément envie.

Eric Love est un jeune délinquant qui se fait transférer dans une prison pour adulte à cause de sa violence. Dans ce nouvel univers rude et sans merci, il retrouve son père Neville Love, emprisonné là depuis des années. Ce dernier va essayer de lui apprendre les règles de cet endroit dangereux pendant que l’éducateur de la prison Oliver, tente d’apprendre à Eric de maitriser sa rage

Quelle puissance ! Le scénario semble plutôt classique pour un film de prison mais pourtant il contient de belles surprises. La psychologie des personnages principaux est travaillée et doucement fignolée au cours des scènes. Neville est fascinant – au départ unidimensionnel, il gagne en épaisseur au cours du film et finit par nous toucher en plein cœur. Oliver recèle également son lot de fêlures et intrigue un peu.

© Wild Side Films / Le Pacte

© Wild Side Films / Le Pacte

Mais c’est surtout le personnage d’Eric qui fascine. Les explosions de rage d’Eric sont fulgurantes mais cette colère sourde et foudroyante qu’il ne semble pas contrôler laisse parfois place à une nature calme et posée. Jack O’Connell, une révélation pour moi, est époustouflant dans le rôle du héros. Dur et fragile à la fois, il arrive à être puissant, sexy et inquiétant puis innocent et blessé. Une grande claque.

La relation Eric-Neville est forte et prenante. C’est elle le vrai sujet du film, le point névralgique autour duquel tout le récit se déroule. La réalisation de David Mackenzie nous place au plus proche de cette relation familiale compliquée en multipliant les gros plans. La musique est rare, l’ambiance dure et froide. Nous sommes les témoins silencieux de cet affrontement entre père et fils.

Les Poings contre les Murs c’est une claque. Mais une bonne claque, de celle qui vous réveille brutalement mais avec amour.

Sans titre

Publicités

2 réponses à “Les Poings contre les Murs – La violence du choc

  1. Pingback: 71’ – Un véritable poing contre le mur | Boires et Déboires d'un Zéro Masqué·

  2. Pingback: Comancheria de David Mackenzie – Western des temps modernes | Boires et Déboires d'un Zéro Masqué·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s