Délivre-nous du mal – Exorcisme et démons en toc

© Sony Pictures Releasing France

© Sony Pictures Releasing France

Le film d’horreur parlant d’exorcisme pullule tellement aux États-Unis que tous les trois mois il semble qu’un nouveau débarque sur nos écrans. Le mois dernier c’était donc au tour du réalisateur Scott Derrickson de nous présenter sa copie avec Délivre-nous du mal.

Le sergent Ralph Sarchie patrouille les rues du Bronx avec son coéquipier et tous les soirs, il découvre le pire de la nature humaine. Néanmoins, sa nouvelle affaire le dépasse totalement. Il s’allie alors avec Mendoza, un prêtre mystérieux, qui va lui faire découvrir les forces démoniaques qui se cachent derrière ces violents évènements.

Ne nous voilons pas la face, Délivre-nous du mal est bourré de clichés un peu lourds typiques des films d’exorcisme. Le prêtre est torturé mais sexy, le flic est droit et bon mais a des difficultés familiales, et surtout le scénariste tente de nous faire croire que tout ceci est inspiré d’une histoire vraie. Le récit est cousu de fil blanc et ne comporte quasiment aucune surprise. Jamais on ne sort du chemin classique de ce genre de thriller mystico-religieux.

© Sony Pictures Releasing France

© Sony Pictures Releasing France

La réalisation n’est pas non plus transcendante. Tout est sombre – tellement sombre qu’on ne voit quasiment rien pendant la totalité du film. L’épouvante n’arrive jamais vraiment – à moins que les chats, et les démons mal maquillés vous effrayent. La scène d’exorcisme, sensée être le paroxysme de l’horreur, tombe totalement à plat. Mal réalisée, sans rythme, assez mal interprétée par Eric Bana et Edgar Ramirez, elle laisse un gout très amer dans la bouche et parachève de faire du film une déception.

Mais ce qui énerve véritablement dans Délivre-nous du mal, c’est l’utilisation du génial People Are Strange des Doors. La chanson est utilisée à outrance sans que, jamais, on comprenne pourquoi. Et malheureusement, après avoir vu le film, il est possible que vous ne puissiez plus écouter cette sublime chanson pendant un moment.

A moins que vous vouiez un culte aux exorcismes et aux films les mettant en avant, passez votre chemin. Et écoutez plutôt les Doors.

Capture

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s