Jupiter Ascending – La chute des Wachowski

© 2015 WARNER BROS. ENT. INC., VILLAGE ROADSHOW FILMS NORTH AMERICA INC. AND RATPAC-DUNE

© 2015 WARNER BROS. ENT. INC., VILLAGE ROADSHOW FILMS NORTH AMERICA INC. AND RATPAC-DUNE

Presque deux ans après la sortie de leur dernier film Cloud Atlas, la fratrie Wachowski revient sur le grand écran avec Jupiter Ascending.

Bien que promise à un destin hors du commun par l’astrologie, Jupiter Jones gagne péniblement sa vie comme femme de ménage. Jusqu’au jour où débarque Caine, un mutant génétiquement modifié, qui la sauve de monstres étranges. Elle découvre alors qu’elle est la réincarnation terrienne de la reine de la galaxie et donc l’héritière des droits de propriété de la Terre. Une possession que lui envient les trois enfants de la reine, qui sont prêts à tout pour la retrouver et l’éliminer.

Mais où est donc le scénariste ? Voilà un peu la première question que l’on se pose à la fin du film. Si l’on pardonne la scène d’ouverture et sa voix off lourde et dispensable, la vacuité de l’histoire globale est elle trop importante pour être laissée de côté. Jupiter, supposée être l’héroïne de ce film, passe son temps à tomber et à se faire sauver par le mi-chien mi-humain Channing Tatum. Les méchants héritiers sont assez drôles dans leur côté grand guignolesque mais ont des répliques si nulles qu’on rit jaune. Le pauvre Eddie Redmane hurle et s’agite mais son personnage est tellement mal écrit que tous ses efforts semblent désespérés. Finalement, c’est Douglas Booth qui écope du rôle le moins pourri. N’oublions surtout pas de parler de cette histoire d’amour bien télescopée qui nous tombe sous le coin du nez comme une crotte de mouette. Au secours.

© 2015 WARNER BROS. ENT. INC., VILLAGE ROADSHOW FILMS NORTH AMERICA INC. AND RATPAC-DUNE

© 2015 WARNER BROS. ENT. INC., VILLAGE ROADSHOW FILMS NORTH AMERICA INC. AND RATPAC-DUNE

Heureusement tout n’est pas à jeter. Le passage notamment dans la bureaucratie galactique est drôle et rappelle un peu l’absurdité que l’on pouvait trouver dans un Brazil de Terry Gilliam. Dommage que ces rares moments ne soient pas plus fréquents.

De même si Jupiter Ascending est parfois d’une véritable beauté plastique, il sait également devenir diablement moche et illisible. De nombreuses scènes d’action piquent sérieusement les yeux et certains effets spéciaux sont un peu trop kitchs pour être réellement honnêtes.

Après si vous aimez Sean Bean et que SPOILER, vous voulez enfin le voir finir un long-métrage vivant, Jupiter Ascending est parfait pour vous.

Capture

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s