Whiplash – Du sang et des larmes

© Ad Vitam

© Ad Vitam

Présenté à la Quinzaine des Réalisateurs du Festival de Cannes 2014, Whiplash, le deuxième film de Damien Chazelle, a également reçu le Grand Prix et le Prix du Public à Deauville ainsi que le Grand Prix du Jury et le Prix du Public à Sundance. Avec des échos quasiment unanimement positifs, il semblait impossible de passer à côté.

Andrew Neyman vient de rentrer dans le fleuron des conservatoires de New York. Son rêve est de devenir le meilleur batteur de jazz de sa génération. Il croit y arriver quand le célèbre et intraitable professeur Terence Fletcher lui propose d’intégrer son orchestre, l’un des plus réputés du pays. Mais la quête de l’excellence ne se fera pas sans du sang et des larmes pour le jeune homme.

Whiplash est un film de guerre. La guerre que mène Andrew pour devenir excellent. La guerre que mène Fletcher contre la médiocrité. La guerre psychologique glaçante dans laquelle s’écharpent les deux protagonistes. C’est tout ceci qui fait toute la force scénaristique du film de Damien Chazelle.

© Ad Vitam

© Ad Vitam

Les personnages sont des piliers solides et fascinants autour desquels se déroule l’histoire. Joué par le prometteur Miles Teller, Neyman est immédiatement sympathique avec son rêve de gloire qui gonfle son égo, sa fascination malsaine pour son tortionnaire et sa volonté de devenir le meilleur quelqu’en soit le prix. Mais c’est surtout son mentor, interprété par l’impeccable J.K. Simmons, qui marque les esprits. Glaçant, intransigeant, impitoyable, il est le point central du film et fascine autant qu’il effraye.

Le tout est porté par une musique dynamique, s’associant parfaitement à la photographie, au montage et à la mise en scène, qui sont utilisés ici comme de véritables instruments par Damien Chazelle.

Whiplash s’infiltre par tous nos pores et nous transporte, nous prenant aux tripes sans aucune précaution et finissant par nous laisser éberlué et fasciné.

Pour les musiciens, reste également la question : faut-il souffrir pour être réellement le meilleur dans son art ? Après avoir vu le film, je serais tentée de dire oui!

Capture

Publicités

Une réponse à “Whiplash – Du sang et des larmes

  1. Pingback: Tchao 2015, bienvenue 2016 ! | Boires et Déboires d'un Zéro Masqué·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s