Projet Almanac – Navet en found footage

© Paramount Pictures

© Paramount Pictures

Quand sur l’affiche d’un film, le distributeur cite le tweet d’une personne qui n’a pas vu le film, c’est inquiétant. C’est le cas pour le film de Dean Israelite, Projet Almanac.

David Raskin vient d’être admis au MIT. Youpi ! Sauf que sa mère n’a pas l’argent pour lui payer ses frais de scolarité et qu’il n’a pas obtenu la bourse qui lui permettait de financer ses études. Alors il fouille dans les vieux dossiers de son père et découvre avec sa sœur Christina les plans d’une machine à voyager dans le temps. Avec ses amis, il se lance donc dans sa construction et ensemble, ils vont tenter de changer le passé.

Comment dire ça de façon gentille ?

C’est mauvais.

Au bout de 5 minutes de film, déjà, on se rend compte que nos yeux vont souffrir. Projet Almanac est un nouveau film « found footage » et réussit à devenir haut la main, le pire film du genre. La quasi-totalité des scènes trichent : que quelqu’un m’explique comment une caméra normale située à 300 mètres arrive, sans micro, à capter parfaitement les moindres paroles des personnages, ou comment des plans glissés au milieu semblent avoir oubliés que le principe du film est le found footage. Outre ces incohérences fatigantes, Projet Almanac se sert du found footage comme raison de secouer le spectateur à gauche et à droite tout en refusant de proposer le moindre plan original ou pertinent.

© Paramount Pictures

© Paramount Pictures

Quand à l’histoire, j’aurais presque envie de hurler en y repensant. C’est si niais qu’en comparaison, Bambi se hisserait presque en monument de complexité. Notons également que notre héros retrouve miraculeusement sa vision au cours du film : le voyage dans le temps serait il remède miracle à la myopie ?

On est bien loin du modèle L’Effet Papillon qui arrivait à créer de véritables enjeux autour des modifications effectuées et qui avait au minimum le mérite de donner à son personnage quelques motivations altruistes. Ici, il ne s’agit que de se venger, de devenir riche et de craner auprès de la fille de ses rêves. C’est d’une tristesse à pleurer et permet au spectateur en quelques séquences de mépriser au plus haut point tous les personnages.

Conclusion : c’est foireux et énervant. Je préférerais oublier.

Capture

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s