Mad Max : Fury Road – L’équipée sauvage

© 2015 Village Roadshow Films (BVI) Limited

© 2015 Village Roadshow Films (BVI) Limited

C’est souvent quand tu n’as pas d’attentes envers un film que tu es le mieux préparé à l’aimer. Je n’étais pas forcément enthousiaste quant à la sortie de ce nouveau Mad Max – n’ayant vu aucun des autres – mais le délire collectif entourant le film a titillé ma curiosité.

Futur apocalyptique : le pétrole et surtout l’eau sont rares. Max, un solitaire qui parcourt le monde à moto, est capturé et fait prisonnier par les sbires d’Immortan Joe, un tyran qui gouverne la citadelle. C’est un peu malgré lui que Max finit par se retrouver impliqué dans une explosive course poursuite et rencontrer Furiosa, une guerrière féroce.

Diantre que c’est beau ! Visuellement Mad Max : Fury Road est une claque. De la pellicule saturée de couleurs brulantes, aux ballets aériens de la caméra, en passant par l’esthétique punk et graphique de l’image, George Miller nous prend par les tripes et nous balance à la tête tous les excès cinématographiques possibles. C’est décomplexé, c’est diablement sublime et ça dépoussière un peu par sa radicalité esthétique, tous les films d’action sortis ces derniers temps.

© 2015 Village Roadshow Films (BVI) Limited

© 2015 Village Roadshow Films (BVI) Limited

Bon, le revers de la médaille, c’est que si l’on s’arrête un peu et que l’on regarde attentivement le long métrage, on se rend compte qu’au-delà de ce visuel frénétique et bluffant, il n’y a pas grand-chose. Le scénario tient sur un timbre poste, les personnages – portés par les gueules de Tom Hardy, de Charlize Theron et de mon chouchou Nicholas Hoult – ne sont que des pantins sans grande envergure ni background, et les dialogues doivent tenir en 3 paragraphes.

Mais tant pis. Malgré ses défauts, Mad Max : Fury Road nous rappelle que l’audace est toujours possible et qu’une séquence d’action peut durer 2h sans ennuyer ni utiliser le recours au montage bourrin ou à la caméra sur ressort. Alors, merci Monsieur George Miller.

Publicités

Une réponse à “Mad Max : Fury Road – L’équipée sauvage

  1. Pingback: Spotlight – Le journalisme d’investigation mis en lumière | Boires et Déboires d'un Zéro Masqué·

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s