007 Spectre – Le fantôme de James Bond

© Sony Pictures

© Sony Pictures

Lors de la sortie de Skyfall, je ne vous avais pas caché ma déception face à ce nouveau James Bond, si éloigné de l’espion que j’aimais dans mon enfance. Mais le film en lui-même ne m’a pas laissé un souvenir désagréable, et l’évènement autour de la sortie Spectre était trop gros pour passer à côté.

Suite aux évènements de Skyfall, James Bond mène une enquête très personnelle à Mexico. Avec l’aide de la magnifique veuve d’un criminel, Lucia Sciarra, et de la fille d’une vieille connaissance, Madeleine Swann, il met à jour une organisation puissante et mystérieuse baptisée SPECTRE et se voit contraint de contrer la menace sans le soutien du MI6.

Tout commence par un splendide plan séquence en pleine Fête des Morts ! Nous voyageons à travers la foule, au milieu des masques, suivons un homme masqué et en prenons plein les yeux. Un excellent début, tant cinématographique que scénaristique.

© Sony Pictures

© Sony Pictures

Mais voilà, après cette ouverture en fanfare, les choses se gâtent un peu. Déjà, le film est long, et il nous le fait sentir. Il faut dire que hormis quelques fulgurantes scènes d’action, l’histoire tourne beaucoup autour d’histoires d’amour faiblardes et du passé de James Bond.

Les premières sont parfois hilarantes, parfois ennuyantes. Ainsi la scène où Bond « séduit » Monica Bellucci est honnêtement d’un ridicule assez marquant. Rien ne la justifie dans le scénario, rien ne la prépare et au final, cela en devient presque gênant. Quant à la trame autour de Léa Seydoux, elle est majoritairement monotone.

Le scénario est ainsi bizarrement découpé. En dehors des amourettes, beaucoup de temps est consacré aux évènements des films précédents : flashbacks, explications sans fin et j’en passe. Au final, le film requiert une excellente connaissance des films précédents – que je vous avoue ne pas possèder – et se prend beaucoup la tête pour au final exploser comme un pétard mouillé quand le grand méchant sous-exploité nous dévoile ses motifs.

Bref, Spectre est une déception.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s