Insomnie de Stephen King – Finalement il y a pire que de ne pas dormir

Stephen King est un auteur tellement prolifique, que bien que lisant régulièrement ses œuvres, j’en découvre toujours de nouvelles dans lesquelles me plonger. Insomnie, je n’en avais jamais entendu parler et ça serait surement rester ainsi si mon voisin ne me l’avait prêté juste après le confinement.

À la suite du décès de sa femme, Ralph Roberts, tranquille retraité de la ville de Derry, commence à perdre peu à peu le sommeil, se réveillant un peu plus tôt chaque jour. Aucun remède ne fonctionne et les insomnies s’aggravent jusqu’à ce que Ralph se mette à souffrir d’hallucinations : il semble voir les auras des gens qui l’entourent. Mais c’est quand il commence à voir de petits hommes avec des ciseaux que les choses dérapent réellement.

Insomnie est un roman assez surprenant, surtout pour les habitués de Stephen King. Ici le rythme est lent presque paisible, l’histoire prend du temps pour se mettre en branle et pour poser le contexte et la personnalité de ses héros. A vrai dire, pendant un bon tiers du livre, on se demande même si on est bien dans la fameuse ville de Derry où le fantastique et l’horreur sont à tous les coins de rue. Ce rythme indolent n’est pas désagréable, au contraire il permet de très beaux textes sur la vieillesse et sur le deuil.

Et puis, soudainement, le fantastique arrive, subtilement d’abord, puis de plus en plus vite, avant de prendre un rythme presque un peu trop effréné. Il se passe tant de choses en si peu de temps que l’histoire devient compliquée à suivre tant ses intrigues évoluent rapidement. C’est également à ce moment-là que les passerelles avec le reste de l’œuvre de King sont les plus nombreuses. Si cette intégration d’Insomnie dans l’univers de l’auteur est géniale, elle pénalise un peu le lecteur novice – ou le lecteur qui comme moi ne se souvient plus très bien des détails de ses autres romans.

Mais malgré tout, Insomnie est un bon roman, un thriller pesant et angoissant, qui sera vous tenir compagnie lors de vos longues nuits d’hiver sans sommeil.

Et sur ce, je file rendre le livre à mon voisin.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.